Il y a 20 joursEdf

Stage - Effets du colmatage minéral sur les communautés de macroinvertébrés et liens avec la gestion des ouvrages - H/F

  • Stage
  • Le Bourget-du-Lac (Savoie)
  • Master, Titre d'ingénieur, Bac +5
  • Études / Statistiques / Data

Description de l'offre

Le transport des sédiments fins dans les cours d'eau est un phénomène naturel mais qui, sous les effets de l'anthropisation peut devenir excessif et conduire à perturber le fonctionnement des écosystèmes aquatiques. Un apport excessif et/ou une hydrologie perturbée peuvent provoquer le colmatage du lit (en surface et/ou  en zone hyporhéique). En particulier, en modifient les écoulements, les aménagements hydroélectriques (entre autres) peuvent contribuer à accentuer ce phénomène en aval des barrages.

Ce colmatage peut être préjudiciable au bon fonctionnement des cours d'eau, notamment mesuré à travers les communautés de macroinvertébrés y présentes (cf. Gayraud 2002, Descloux 2013, ...) et fait partit des pressions qui exercent sur de nombreux cours d'eau.

Bien qu'il a été démontré que le colmatage est davantage préjudiciable pour les communautés hyporhéiques (Descloux et al. 2013), l'état écologique et plus généralement le fonctionnement écologique des cours d'eau sont souvent mesuré à travers les communautés de macroinvertébrés (de surface) dans des réseaux de suivi pérennes. Puisque les méthodes simples (visuelles) d'évaluation de colmatage sont souvent couplées avec le prélèvement d'invertébrés benthiques, nous cherchons à quantifier la relation entre différents niveaux de colmatage et l'état et fonctionnement des communautés benthiques.

En particulier, peut-on quantifier à partir de quel niveau de colmatage y a-t-il un effet significatif sur l'état écologique et le fonctionnement des cours d'eau mesurés par les invertébrés ? Y a-t-il un effet de seuil qui peut être observée ?  Quel est la variabilité spatiale et interannuelle du colmatage minéral et des communautés d'invertébrés associées ? En répondant à ces questions, il sera possible de définir à partir de quel état de colmatage par exemple, il faudrait envisager des mesures de gestion spécifiques à réduire cette pression.

Suite à plusieurs suivis et études spécifiques sur plusieurs cours d'eau couvrant une grande échelle spatiale principalement dans l'est de la France (Durance, Buëch, Rhin, Loue, ...), nous disposons d'un jeu de données de plusieurs centaines de prélèvements d'invertébrés benthiques couplés à des observations visuelles de colmatage (protocole « Archambaud »).

Le stagiaire aura à sa charge d'analyser ces données avec une approche statistique rigoureuse avec les objectifs suivants:  (1) proposer des indicateurs de réponse basés sur de macroinvertébrés benthiques pour évaluer les effets de colmatage (en s'inspirant de la littérature scientifique actuelle) ; (2) identifier des effets (éventuellement de seuil) du niveau de colmatage sur les différents indicateurs d'état et de fonctionnement ; (3) évaluer la variabilité spatiale et temporelle des réponses ; (3) comparer les résultats de cette étude avec la littérature scientifique dans le domaine.

En fonction de l'avancement des travaux, le stagiaire pourrait être invité à publier ses résultats dans un journal scientifique international.

Profil recherché

- Niveau d'études : fin de cycle master/ingénieur en écologie/milieux aquatiques.

- Bonne connaissance des hydrosystèmes.

- Connaissances approfondies sur le logiciel R pour les analyses statistiques.

- Connaissances naturalistes (principalement invertébrés benthiques).

- Bonne maîtrise de l'anglais (bibliographie scientifique).

- Autonomie et travail d'équipe.

Il est attendu des fortes compétences en statistiques appliquées à l'écologie ainsi qu'une aisance avec des outils d'analyse statistiques (R en particulier). Des compétences et connaissances en hydrobiologie (écologie des invertébrés et poissons) seront également nécessaires.

Durée : 6 mois

Date d'arrivée : Février 2019