Les offres de “Edf”

Expire bientôt Edf

Modèle de brèche dynamique réaliste pour les ruptures de tuyauteries à haute énergie H/F (2022-58822)

  • Thèse
  • Palaiseau (Essonne)
  • Energie / Matériaux / Mécanique

Description de l'offre

Description de l'offre

La rupture de tuyauteries à haute énergie, notamment celles du circuit primaire des centrales nucléaires à eau pressurisée, est un des scénarios hypothétiques d’accidents de sûreté constamment revisités par EDF pour démontrer la sûreté de ses installations de production.

Le scénario d’APRP (Accident de Perte de Réfrigérant Primaire) qui suppose une brèche dans le circuit primaire se caractérise en premier lieu par la génération d’une onde de dépressurisation dans le circuit.

Cette onde peut ainsi se propager jusqu’aux composants internes à la cuve du réacteur et engendrer des chargements mécaniques sur ces éléments pouvant potentiellement mettre en jeu leur intégrité.

Dans le cas de l’APRP et plus généralement dans le cas des ruptures de tuyauteries à haute énergie, les comportements de la structure, du fluide, et plus particulièrement leur interaction ne sont pas bien connus durant les phases d’initiation et d’ouverture de la brèche. C’est pourquoi des hypothèses « enveloppes » ont été introduites pour rester conservatif vis-à-vis des chargements mécaniques induits.

Dans les scénarios accidentels de sûreté, la rupture est ainsi supposée circonférentielle et totale et on définit a priori le temps d’ouverture et l’aire de la brèche conduisant au concept de brèches dites « conventionnelles ». Ce modèle de brèches est ainsi considéré dans les outils de calcul dédiés à ces problématiques tel que le code de Dynamique Rapide EUROPLEXUS1. Il est intégré dans le solveur filaire du code EUROPLEXUS particulièrement adapté pour représenter des circuits de tuyauteries complexes et pour conduire des études industrielles.

La mission des travaux de recherche dans ce domaine est de tenter d’améliorer la compréhension des phénomènes physiques mis en jeu et de développer des modélisations numériques pouvant être à terme introduites dans les outils de calcul industriels. En effet, les hypothèses « enveloppes » permettent de démontrer la sûreté des installations mais elles masquent aussi la réalité physique des phénomènes dont la connaissance plus approfondie permettrait d’une part de faire émerger des approches de sûreté plus physiques et d’autre part de mieux maîtriser les marges de sûreté à la construction et à l’exploitation des installations.

Au sein d'EDF R&D, le département « ElectRotechnique et Mécanique des Structures » (ERMES) réalise des activités de recherche et de développement dans le domaine de la simulation du comportement mécanique des structures sous chargements statiques et dynamiques, afin de contribuer à la performance, à la durée de fonctionnement et à la sûreté du parc de production d’EDF, ainsi qu’à son évolution. Par ailleurs, EDF R&D est associé au CNRS, au CEA et à l’ENSTA au sein d’IMSIA, UMR CNRS-EDF-CEAENSTA 9219, pour conduire des travaux de recherche collaboratifs. C’est dans ce cadre-là que les travaux de la thèse vont se dérouler.

Candidatures à transmettre à : Philippe Lafon (philippe.lafon@edf.fr)

Profil souhaité

3ème année d’Ecole d’ingénieurs, Mastère 2

Formation : généraliste ou mécanique (structures et/ou fluides), modélisation / calcul scientifique.

Faire de chaque avenir une réussite.
  • Annuaire emplois
  • Annuaire entreprises
  • Événements